Questions fréquentes (FAQ) à propos du Plasma Marin de Quinton et de son utilisation

1. Quelle est la grande découverte de René Quinton ?

Le physiologiste et biologiste français René Quinton (né le 15 décembre 1866 à Chaumes-en-Brie et mort le 9 juillet 1925 à Paris) s’est rendu compte que l’eau de mer est un milieu organique (c’est-à-dire, qu’elle est source de vie) et il a eu la merveilleuse intuition que l’on pouvait utiliser cette eau pour soigner. Il a démontré, entre autres, que la mer était à l’origine de la vie des cellules animales.

Rene-Quniton

Mr. René Quinton

De facto, René Quinton a démontré qu’une similitude très importante existe entre l’eau de mer (filtrée, stérilisée à froid et ramenée à l’isotonie) et notre plasma sanguin (c’est la raison pour laquelle Mr. Quinton avait appelé son eau de mer : « plasma marin », en faisant allusion au plasma sanguin). Comme si, finalement, notre plasma sanguin était notre mer intérieure.

« Notre corps peut être comparé à un aquarium », disait-il… « Un corps vieillissant est comme un aquarium dont l’eau perd sa pureté première et se trouble : une fois cette eau changée, les poissons qui y vivent retrouvent leur vitalité ! »

Les recherches scientifiques, depuis l’époque de René Quinton, confirment que notre plasma sanguin est étonnamment semblable, par ses composants, à l’eau de mer ramenée à l’isotonie (diluée pour obtenir le même taux de salinité que notre sang). Il en va de même pour nos autres liquides physiologiques et pour notre cerveau, par exemple, qui est constitué à 80 % d’eau de mer. Le plasma marin contient ce qu’on appelle le « totum ionominéral » du sang, c’est-à-dire, l’ensemble de tous les minéraux et oligo-éléments biodisponibles (assimilables par nos cellules), dont notre organisme a besoin (78 éléments au total), et ce, dans les mêmes proportions que dans notre sang.

2. Qu’est-ce que le plasma marin de Quinton ?

Le plasma marin de Quinton est de l'eau de mer pompée, filtrée et stérilisée à froid, sur base d'un protocole élaboré par Mr. René Quinton à la fin du 19ème siècle.

L'eau de mer est captée dans des zones marines ou océaniques bien spécifiques (en vortex ou en grandes marées à forte activité planctonique, en profondeur, etc.). Elle est ensuite filtrée à froid à 0,22 micron (norme de stérilisation à froid de la pharmacopée européenne ; plus aucun élément pathogène présent dans l'eau). Le protocole permet de garder le caractère vivant de l'eau de mer en maintenant la biodisponibilité des minéraux et des oligoéléments présents.

Vortex planctonique - Eau de Quinton - Plasma marin

Vortex planctonique (vue satellite) - Lieux de captage de l'Eau de Quinton

Le plasma marin de Quinton est un "super aliment" qui contient ce qu’on appelle le "totum ionominéral" du sang, c’est-à-dire, l'ensemble de TOUS le minéraux et oligoéléments biodisponibles dont l'organisme a besoin (78 éléments au total *), et ce, dans les mêmes proportions que dans notre sang. Il s'agit, par conséquent, d'une solution de minéralisation idéale ; parfaitement équilibrée. Une eau de mer brute contient beaucoup de polluants. Si vous pompez l'eau de mer n'importe où (en bord de plage ou dans des zones non étudiées) vous n'aurez pas les composants souhaités pour alimenter correctement vos cellules.

(*) Ceux qui prétendent qu'il y a plus de 78 éléments dans le plasma marin ne connaissent pas le sujet, ou vous mentent dans l'objectif de se différencier. Le tableau périodique de Mendeleïev (ci-dessous) contient, à ce jour, 118 éléments. Les éléments non-détectés dans le plasma marin (en blanc dans le tableau) sont des gaz rares et certains minéraux dont on sait qu'il n'y a que 10 à 20 grammes sur terre.

Tableau des éléments - Plasma marin de Quinton

Tableau des éléments présents dans le plasma marin de Quinton

3a. Quels sont les principaux bienfaits du plasma marin ?

Le plasma marin de Quinton est un superaliment qui pourra aider votre organisme à guérir (face aux pathologies), mais aussi, à conserver votre santé grâce à une prise quotidienne dans un but préventif. Ceci est possible grâce à la présence, dans l’eau de mer (pompée, filtrée et conditionnée correctement), de tous les minéraux et oligo-éléments biodisponibles dont l’organisme a besoin pour se construire, se réparer et fonctionner correctement.

Le plasma marin a un impact rapide et bénéfique sur le corps entier. Pour cette raison, il est à considérer pour son grand potentiel régénérant.

  • Il s’inscrit dans une thérapeutique de terrain physiologique (ce n’est donc pas un remède, ni un médicament, ni un principe actif, mais, un « superaliment »).
  • Il améliore le fonctionnement global de l’organisme (production hormonale, santé des os, de la peau, etc.).
  • Il renforce le système immunitaire (action aseptique, génobactérienne, abiotique et bactériostatique).
  • Il augmente la production des globules rouges et améliore la qualité de vie des globules blancs.
  • Il vitalise l’organisme (léger effet dopant, énergétique).
  • Il nettoie le système cellulaire en profondeur (détoxination de l’organisme).
  • Il minéralise et hydrate les tissus (avec tout ce que cela implique : assimilation vitaminique, etc.).
  • Il régule le pH des liquides physiologiques (équilibre acido-basique de l’organisme), ainsi que les fonctions hépatiques et digestives.
  • Le plasma marin permet de revitaliser l’organisme, car il rend les vitamines assimilables. En effet, une carence en oligo-éléments ne permet pas la bonne assimilation des vitamines. Pour ne donner qu’un exemple : supplémentez-vous en vitamine B12 si vous le souhaitez, mais si vous êtes en carence de cobalt, cela ne servira à rien. Le cobalt est ce que l’on appelle un co-facteur de la vitamine B12.

Le champ d’application du plasma marin est aussi vaste que le monde des vivants. Même en usage vétérinaire les effets sont tout aussi remarquables. Vos animaux de compagnie (chiens, chats, chevaux, etc.) se sentirons mieux, ou guérirons plus vite, grâce à lui.

3b. Quels sont les autres bienfaits du plasma marin sur la santé ?

L’utilisation du plasma marin de Quinton constitue un adjuvant très précieux aux traitements médicaux ou naturels, pour aider à lutter contre toutes sortes de maladies (si ce n’est toutes).

Le plasma marin est, entre autres, recommandée :

– En cas de fatigue, de syndrome de fatigue chronique, ou de mononucléose, pour l’asthénie et la revitalisation : Le plasma marin hypertonique est particulièrement recommandé pour tous les types de fatigue physique et psychique liées au déséquilibre minéral, que ce soit les fatigues physiques générales, les douleurs musculaires chroniques ou consécutives à l’effort, ainsi que les fatigues psychiques, troubles de l’attention, irritabilité, anxiété et stress.

– Pour tous les problèmes du système immunitaire y compris chez l’enfant.

– Pour les problèmes de surcharges pondérales (prise de poids).

– Pour toutes les maladies virales, telle que la maladie de Lyme, le paludisme, la syphilis, la salmonellose, les staphylocoques, par exemple : Arnaud Tisserand (Docteur en Biologie et en Naturopathie, expert en plasma marin), ainsi que l’éminent Professeur Trino Soriano, pour ne citer qu’eux, confirment que le plasma marin de Quinton a une fonction gèno-bactérienne (abiotique et bactériostatique).

– Pour le sport : Soins consécutifs à un effort sportif (récupération d’énergie, pied d’athlète, etc.) ou pour améliorer les performances. Le plasma marin hypertonique ou isotonique est recommandé pour les sportifs, ainsi que pour les chevaux de sport et de course. Les pertes hydriques occasionnées par la répétition et la longueur des efforts peuvent être très importantes. Elles peuvent conduire à une grave déshydratation de l’organisme avec élimination du sodium. L’acidité du sang est responsable de la fatigue, des crampes, des courbatures et de la récupération de l’athlète. La prise de plasma marin avant et après la compétition entraîne une diminution notable de l’acidité du sang. Les sportifs sont donc moins fatigués. Ces bénéfices sont remarquables pour tous les athlètes, notamment sur les activités sportives d’endurance.

– Pour la grossesse (il faut éviter de boire au-delà de 100 ml d’eau isotonique durant les 3 premiers mois de la grossesse, pour une question de sécurité maximum) : Durant la grossesse, les besoins en eau augmentent. Il est alors important pour la future maman de s’hydrater correctement (avec une eau qui contient des minéraux organiques, bio-disponibles). La prise quotidienne de plasma de Quinton isotonique pour les grossesses prévient les carences dont l’enfant en gestation risque d’hériter. Au cours de l’allaitement, le fœtus reçoit à travers leur mère les minéraux et oligo-éléments nécessaires à son développement. Nous recommandons le plasma marin isotonique lors de la gestation et ensuite durant toute la durée de l’allaitement. Nous savons que les enfants sont particulièrement sensibles aux sels minéraux et aux risques de déshydratation.

– Pour les nourrissons : Change, érythème fessier, croûtes de lait, déshydratation, diarrhée, dénutrition, retard du développement du poids ou de la taille, intolérance au lait, muguet, vomissement, etc.

– Pour les enfants : Dyslexie, énurésie, saignement du nez, instabilité émotionnelle, hyperactivité, retard pondéral, troubles du comportement, déficit d’attention, douleurs de croissance, inadaptation scolaire, etc.

– Pour les problèmes cutanés (maladies de peau) : Furoncle, herpès, psoriasis, eczéma, urticaire, prurit, acné, démangeaisons, etc. Les problèmes de peau sont étroitement liés à la disponibilité en oligo-éléments et à la régulation de l’acidité sanguine et cutanée. La solution marine isotonique est particulièrement efficace en application locale quotidienne pour toutes les affections de la peau.

– Pour les soins de peau : Couperose, coups de soleil, brûlures, dessèchement cutané, etc.

– Pour la cicatrisation des plaies.

– Pour toutes les affections ostéoarticulaires : Crampes, douleurs, goutte, scoliose, rachitisme, arthrite, arthrose, scoliose, rachitisme, fibromyalgie, hyper-laxisme, fractures, rhumatismes articulaires aigus, etc.

– Pour les dysfonctionnements endocriniens (hormones) : Thyroïde (hypo et hyperthyroïdie), parathyroïde, surrénales, etc.

– Pour toutes les urgences même accompagnées de grandes pertes de liquides vitaux.

– Pour les problèmes circulatoires en général, dont les jambes lourdes.

– Pour les troubles circulatoires (hypo et hypertension) : L’action générale de l’eau de mer isotonique sur le milieu intérieur et le système digestif va avoir une action équilibrante du pH sanguin et une action fluidifiante du sang surchargé en toxines (à noter qu’en cas d’hypertension, l’action équilibrante sur l’ensemble des sels minéraux bio-disponibles est à conseiller, et non à proscrire).

– Pour la prévention des maladies infectieuses : En plus du pouvoir anti-infectieux reconnu du plasma marin, c’est surtout l’importance de l’équilibre du terrain organique et l’action spécifique de certains oligo-éléments sur le système immunitaire qui sont à considérer.

– Pour le Candida Albicans : Arnaud Tisserand, Docteur en Biologie Cellulaire et spécialistes en plasma marin ou encore le Professeur Soriano le confirment : Dans l’organisme, la candidose (surtout dans la sphère des gonades) est la réponse que le corps utilise pour gérer l’acidité. La candidose est donc une réponse à l’acidose. C’est le seul moyen dont le corps dispose pour essayer de régler le problème. Mais, à long terme, les effets sont catastrophiques. Solution : Outre un mode de vie plus hygiéphile, l’eau de mer buvable répond à la cause de l’acidose. Elle régule le pH du sang qui évite au corps de permettre au Candida Albicans de se développer.

– Pour la spasmophilie et tétanie.

– Pour les troubles du sommeil.

– Pour les problèmes digestifs : Le déséquilibre du pH et les surcharges en toxines dans le sang trouvent le plus souvent leur origine dans le déséquilibre du mode alimentaire et le mauvais fonctionnement intestinal et digestif en général. Aérophagie, douleurs d’estomac, brûlures, crampes, spasmes colitiques, constipation, diarrhée, troubles digestifs et problèmes hépatiques. A noter également, l’influence sur la régulation des liquides dans l’organisme, d’où son intérêt pour les problèmes de déshydratation et son influence sur la régulation du gros intestin.

– Pour les problèmes gastro-intestinaux : Dyspepsie, gastrite, brûlures d’estomac, aigreur, ulcère gastrique, ulcère duodénal, gastro entérite, hémorroïdes, maladie de Crohn, colite spasmodique, colopathie, syndrome de l’intestin irritable, constipation, diarrhée, etc.

– En cas d’anémie (même grave) et de problèmes sanguins en général : Les globules blancs, qui sont pourtant fragiles, continuent d’avoir une activité normale (souvent améliorée) en présence du plasma marin. Etant donné la reconstitution d’une masse sanguine saine, le plasma marin est indiqué dans les cas d’immunodépression et d’anémie. Nous vous invitons à regarder ici l’interview du Docteur Stelling à ce sujet.

– Pour la périnatalité : Conception, fausse couche à répétition, prévention des troubles héréditaires et physiologiques du fœtus, allaitement, fatigue, dépression post-partum, vomissements de la grossesse, etc.

– Pour l’odontologie (les dents) : Carie, hémorragie, déchaussement, suite d’intervention ou traitement avant intervention, traitement des racines, parodontopathie, etc.

– Pour les problèmes de dos : Hernie discale et problèmes lombaires.

– Pour les maladies des yeux : Irritation, inflammation des paupières, yeux secs, conjonctivite, glaucome, etc.

– Pour l’hypoglycémie et le diabète.

– Pour la maladie de Parkinson.

– Pour les personnes âgées : Incontinence urinaire, dénutrition, sénilité, stress, etc.

– Pour les troubles de la mémoire et pour Alzheimer.

– Pour les affections ORL : Otite, abcès de l’oreille, bronchite, sinusite, grippe, laryngite, amygdalite, rhume, sécheresse nasale, tuberculose pulmonaire, asthme, etc.

– Pour les problèmes gynécologiques et sexuels : Syndrome prémenstruel, pré-ménopause et ménopause, andropause, asthénie sexuelle, impuissance, stérilité, balanite, démangeaison vulvaire, infection vaginale ou utérine, etc.

– Pour les problèmes urinaires : Infections, cystite, lithiase, etc.

– Pour de nombreux autres problèmes de santé, tels que mucoviscidose, cancer, sclérose en plaque, sida, leucémie, etc.

– Et enfin, dans un but de préventif : Le plasma de Quinton devrait être bu quotidiennement en suffisance (un minimum 100 ml de plasma isotonique), afin d’éviter les maladies.

4. Pourquoi minéraliser chaque jour l’organisme avec du plasma marin est important ?

La science nous prouve aujourd’hui que la grande majorité des maladies sont dues à une acidification du terrain physiologique, donc à une toxémie de l’organisme qui entraîne une déminéralisation de ce dernier et, par voie de conséquence, une déshydratation des tissus, car, l’eau ne se fixe dans nos tissus que grâce aux minéraux organiques, c’est-à-dire, biodisponibles (assimilables par nos cellules).

Pour simplifier : Acidification = Déminéralisation = Déshydratation = Pathologies (et/ou vieillissement prématuré) !

Malheureusement, notre mode vie actuel nous acidifie fortement (stress, ondes électromagnétiques, air pollué, alimentation industrielle, transformée, pasteurisée, etc.) et l’alimentation disponible aujourd’hui dans nos supermarchés est presque dépourvue de minéraux et d’oligo-éléments essentiels (ce n’est pas scoop, nos sols sont morts, ou presque).

Par conséquent, la supplémentation en minéraux et en oligo-éléments biodisponibles est devenue essentielle, afin d’éviter les déséquilibres responsables des pathologies.

Or, les deux seules sources de minéraux biodisponibles dont nous disposons sont les végétaux crus (ou peu cuits) et le plasma marin de Quinton. C’est tout !

5. Quelle est la différence entre les sels organiques du plasma marin et des sels inorganiques ?

Il ne faut pas confondre les sels des eaux minérales (vendues dans nos magasins) ou les sels de table (sel rose, sel casher, sel iodé, sel français, d’Himalaya, etc.) avec les sels minéraux du plasma marin et des végétaux. Ils sont tout à fait différents. Les sels de table et les sels des eaux minérales sont inorganiques (charge électrique perdue ; non-chélatés ; non-colloïdaux), tandis que les sels minéraux du plasma marin sont organiques (*chélatés).

Pour que les sels minéraux soient organiques, donc biodisponibles (assimilables par les cellules de notre organisme), ils ont besoin d’être « transformés » par des végétaux. Les végétaux sont autotrophes, les humains sont hétérotrophes. Nous avons donc besoins de manger des végétaux (plantes, légumes, fruits, algues, etc.) pour assimiler des minéraux. Les minéraux de l’eau de mer sont chélatés par le plancton (micro-organismes marins), et plus particulièrement, par le phytoplancton (algues marines microscopiques ; d’où l’importance des lieux de captage en mer qui doivent être à forte activité planctonique). Les minéraux inorganiques sont de vulgaires microscopiques cailloux (non-biodisponibles). Nous ne sommes pas faits pour manger des cailloux, aussi petits soient-ils. C’est pourquoi les minéraux inorganiques sont délétères pour notre santé. Les sels inorganiques vont se loger dans vos tissus et articulations (sources de pathologies).

Il n’y a pas que les sels de table qui posent problèmes. Les minéraux des eaux minérales vendues dans nos commerces, ainsi que ceux présents dans les aliments cuits ou pasteurisés, sont inorganiques également, car la cuisson fait perdre les chélates des minéraux (même des végétaux ou des laitages) dès 45°C, et que la forme colloïdale des minéraux de l’eau de source (même captée en montagne) ne peut être maintenue longtemps dans les bouteilles (quelques heures seulement).

(*) La chélation entre un métal et des acides aminés est un processus physico-chimique permettant de former un complexe où le métal est emprisonné au sein d'une cage formée par un ou plusieurs acides aminés. L'ensemble formé est appelé « chélate » et les acides aminés « ligands »). Un minéral chélaté est donc « emballé » dans un acide aminé organique. Il s’agit d’un processus de chélation grâce aux algues microscopiques peuplant l’océan, appelés phytoplancton. Au contraire du sel marin sec et de nombreux compléments minéraux, les minéraux ainsi chélatés traversent sans effort les membranes de l’intestin ainsi que des reins, garantissant tant leur assimilation parfaite que leur élimination facile en cas d’excès. De plus, les minéraux chélatés constituent des nutriments essentiels non caloriques précieux pour maintenir un bon équilibre alimentaire.

6. Pourquoi les eaux minérales vendues en magasin n’hydratent pas comme le plasma marin ?

“ Croire qu’il suffit de boire de l’eau minérale pour avoir sa ration quotidienne de minéraux et d’oligo-éléments est un leurre total entretenu par les vendeurs d’eau en bouteille qui ignorent superbement les lois de la physico-chimie colloïdale pour justifier le prix très élevé de l’eau qu’ils vendent. ”
– Professeur Marc Henry (chercheur et professeur à l’université de Strasbourg ; grand spécialiste en eau) –

Certaines personnes nous disent : « Je ne comprends pas. Je bois deux litres d’eau par jour, et je garde tous les symptômes de la déshydratation ! »

Il faut comprendre que l’eau ne se fixe dans nos tissus organiques que grâce aux minéraux organiques. Sans eux, nos tissus se déshydratent, ce qui est la porte ouverte aux pathologies. Et sans minéraux organiques dans l’organisme, aucune réaction chimique n’est possible.

Or, les eaux minérales vendues dans nos commerces ne contiennent que des minéraux inorganiques. Ils ne sont donc pas bons pour votre santé. C’est pourquoi nous recommandons de choisir une eau minérale très peu minéralisées pour boire tous les jours à la maison et pour diluer le plasma marin hypertonique (voir sur les étiquettes des bouteilles dans les magasins ; il faut choisir une eau avec moins de 100 mg/litre de résidus à sec). L'idéal étant de filtrer votre eau de distribution avec un filtre à osmose inverse de qualité.

Il est donc devenu essentiel aujourd’hui de se supplémenter avec du plasma marin (quel que soit votre âge), afin de tamponner l’acidité de notre mode de vie moderne et d’apporter à nos cellules les minéraux biodisponibles nécessaires pour une hydratation parfaite.

Ci-dessous, une interview de Jacques Collin (spécialiste de l'eau). Il vous explique l'importance de choisir une eau de qualité.

 

7. Quelles sont les différences entre les plasmas marins hypertonique, isotonique ou hypotonique ? Et il y a-t-il des contre-indications ?

En deux mots : L’isotonie convient à tout le monde. L’hypertonie peut être conseillée aux personnes qui souffrent d’hypothyroïdie, aux personnes fortement déminéralisées ou épuisées, et aux sportifs (récupération après l’effort intense).

Attention :

– L’eau de mer (quelle que soit la formule) ne doit pas être consommée suite à une greffe d’organe ou à une transplantation. Les médecins obligent les patients à prendre, à vie, des médicaments anti-rejets. Dans ce cas, il n’est pas indiqué de prendre un traitement pour remonter et renforcer l’immunité de votre organisme (telle que le plasma marin) sans en parler au préalable avec votre chirurgien.

– Les femmes enceintes ne boiront pas de grandes quantités de plasma marin durant les 3 premiers mois de leurs grossesses (se limiter à 100 ml isotonique par jour). L’idéal étant de boire beaucoup de plasma marin isotonique avant la conception du fœtus, afin que ce dernier puisse bénéficier d’une parfaite minéralisation. En revanche, durant les 6 derniers mois de la grossesse, il est vivement conseillé d’en boire davantage (entre 200 ml et 500 ml isotonique par jour, selon l’activité physique et la capacité adaptative de la maman), afin de permettre une excellente croissance de l’enfant et de lui offrir les meilleures conditions en matière de santé par la suite. Les minéraux du plasma marin étant biodisponibles, l’organisme pourra facilement éliminer ce dont il n’a pas besoin (si tel devait être le cas). Il est même conseillé de poursuivre cette consommation durant l’allaitement, par la suite. Minéraliser sa progéniture est un des plus beaux cadeaux qu’on puisse lui offrir.


Plasma marin hypertonique :

Il s’agit d’une eau de mer totale. C’est-à-dire, la forme la plus salée (entre 30 et 40‰ selon les marques) avec une concentration en sels minéraux supérieure au plasma sanguin (3 fois plus en général, et jusqu’à 4 fois plus pour certaines marques).

Uniquement buvable (ou en usage externe ; mais non injectable), le plasma marin hypertonique se prend en dehors des repas, pure ou dilué dans de l’eau de source (isotonique ou hypotonique).

Il favorise la nutrition cellulaire de façon tout à fait exceptionnelle.

On l’utilise pour la revitalisation et la minéralisation, pour obtenir un effet choc sur l’organisme dans un temps très court, ou prévenir une dépense d’énergie psychique, ou avant et après un effort physique (pour les sportifs : avant et après les entraînements, les efforts intenses et/ou les compétitions).

La version hypertonique sera plutôt recommandée pour les carences ioniques importantes, qui se manifestent par une grande fatigue (épuisement physique et mental important), ainsi que pour les personnes souffrant d’hypothyroïdie.

Très riche en oligo-éléments et minéraux, elle va permettre de recharger très rapidement les organismes en convalescence, très fatigués et/ou surmenés.

Les patients souffrants de maladies aiguës trouveront un accompagnement de choix avec cette formule (minéralisation urgente).

Les solutions hypertonique et isotonique contribuent à un bon équilibre acido-basique, par son action régulatrice du pH gastrique et intestinal.

Contre-indications à l’hypertonie : Cette formule est déconseillée aux personnes suivant un régime sans sel ; aux personnes souffrant d’insuffisance rénale et/ou d’œdèmes (rétention) ; aux personnes suivant un traitement pour l’hypertension ; et aux personnes souffrant de maladie cardiovasculaire. Ces contre-indications sont également valables pour vos animaux.

Remarque : La notion de cure n’a de sens que pour le plasma marin hypertonique (3 à 4 semaines de consommation maximum), car, dans ce cas, il y a interventionnisme, puisque le taux de salinité est supérieur à celui de notre sang (entre 30 et 40 ‰ selon les marques de plasma marin et leurs zones de captage en mer). En revanche, la notion de cure, n’a pas vraiment de sens pour consommer du plasma marin isotonique. Vous pouvez le consommer toute l’année (acte non-interventionniste) puisque son taux de salinité (de 9‰) est celui du sang.


Plasma marin isotonique :

Il s’agit d’une formule ramenée à l’isotonie (diluée). La concentration de sels minéraux et oligo-éléments devient alors équivalente au plasma sanguin (une teneur de 9 gr par litre est la parfaite isotonie).

Le plasma marin isotonique est donc un plasma marin hypertonique que vous aurez préalablement dilué (voir la question suivante, n°8), ou bien, qui aura été dilué en chambre blanche stérile par des marques sérieuses (nettement plus cher et destiné aux hydrothérapies).

Le plasma marin isotonique se boit en dehors des repas, sur un estomac vide, afin d’optimiser l’assimilation des minéraux.

Cette formule permet une régénération de l’organisme, et est favorable au développement des cellules de l’organisme.

La solution isotonique est recommandée comme réhydratant et pour la détoxication cellulaire. C’est un stimulant du système immunitaire et des fonctions d’élimination. Cette solution devrait accompagner chaque programme de détoxination.

La version isotonique va agir en profondeur dans les cellules. Elle est donc plus particulièrement indiquée pour des cas de déshydratation et de carences en oligo-éléments ou minéraux, ainsi que pour les patients souffrants de maladies chroniques.

Cette eau est optimale pour tous les cas relevant du système rénal en optimisant la fonctionnalité des reins qui permet la purification et la filtration du sang.

C’est aussi une solution très intéressante à utiliser dans le cadre d‘une hydrothérapie du côlon.

L’eau isotonique vendue en bouteille sur ce site (déjà diluée) est destinée aux hydrothérapies (injections, etc.), pas à être bue (bien qu’elle puisse l’être, évidemment). La mise en bouteille se fait en chambre blanche stérile pour raison de sécurité maximum (normes de la pharmacopée européenne).

Contre-indications à l’isotonie : Il n’y a aucune contre-indication à l’utilisation du plasma marin isotonique. Les travaux de Mr. René Quinton et de ses successeurs démontrent sa non-toxicité. Il est propice à la vie!


Plasma marin hypotonique :

Conseillés aux personnes très sensibles, présentant des signes (symptômes) importants de détoxination par suite de l’ingestion d’eau de mer sous forme isotonique. Nous conseillons, dans ce cas, de la diluer davantage, afin d’obtenir un plasma marin hypotonique, et ainsi éviter de « choquer » l’organisme.

La formule hypotonique est également recommandée pour les personnes souffrant d’hyperthyroïdie.

Contre-indications à l’hypotonie : Il n’y a aucune contre-indication à l’utilisation du plasma marin hypotonique. Il est également propice à la vie!

8. Comment faire du plasma marin isotonique (ou hypotonique) soi-même (dilutions) ?

De l’eau de mer ramené à l’isotonie (plasma marin isotonique) veut simplement dire qu’elle a le même taux de salinité (sels minéraux) que notre sang (9‰, ou 0,9 grammes/litre). Elle est donc diluée avec de l’eau de source. Un plasma marin hypertonique (eau de mer pure) se situe entre 30 et 40‰ (3 à 4 grammes/litre), selon les marques (la majorité se situe à 33‰).

Nous regrettons d’observer que des laboratoires (ou des marques) vendent du plasma marin isotonique à boire (déjà préparé) à leurs clients. Pour nous, il s’agit là d’une forme d’arnaque, car, pour faire du plasma marin isotonique (ou hypotonique) à boire, il suffit de diluer de l’eau de mer hypertonique dans de l’eau de source de qualité. Nous considérons que faire payer aussi cher de l’isotonie que de l’hypertonie n’est pas respectueux du client.

Choisissez une bonne eau de dilution :

Il est très simple et beaucoup plus économique de faire soi-même son plasma marin isotonique (ou hypotonique). Il suffit de diluer l’eau de mer hypertonique dans de l’eau de source, à condition d’acheter une eau de source de qualité, ou un filtre à osmose inverse haut de gamme (seul système de filtration de votre eau du robinet qui soit vraiment efficace).

Votre eau de source devrait être très peu minéralisée (la raison est expliquée à la question n°6), mais non distillée (l’eau distillée altère les propriétés de l’eau de mer (explications dans cet article de notre blog), et contenir le moins de résidus secs possible, soit : moins de 100 mg/litre (normalement indiqué sur les étiquettes).

En France ou en Belgique, par exemple, vous trouverez en magasins : la Lauretana qui est une des meilleures (avec des résidus à sec inférieur à 14 mg/L), vient ensuite la Lifjalla de Icelande (avec 20 mg/L), ensuite la Mont Roucous (23 mg/L), puis, la Mont Calm, la Spa, la Rosée de la Reine, ou encore l’eau d’Auvergne source Grand Barbier.

Soyez attentif, car, la grande majorité des eaux vendues dans nos grandes surfaces ne sont pas satisfaisantes. Dans l’intérêt de votre organisme, il serait dommage d’acheter un plasma marin exceptionnel et de le « polluer » avec une eau de source médiocre.

La dilution avec de l’eau du robinet n’est acceptable que si vous utilisez un filtre à osmose inverse de grande qualité.  La plupart des carafes filtrantes ou autres systèmes de filtration sont insuffisants.

Mode opératoire :

Pour faire du plasma marin isotonique à partir d'un plasma marin hypertonique ayant un taux de salinité entre 36 et 40‰, il faut respecter les dosages suivants : 1/4 d’eau de mer hypertonique diluée dans 3/4 d’eau de source de qualité (ex. : 100 ml de plasma marin hypertonique avec 300 ml d’eau de source).
– Pour faire du plasma marin isotonique à partir d'un plasma marin hypertonique ayant un taux de salinité entre 30 et 35‰, il faut respecter les dosages suivants : 1/3 d’eau de mer hypertonique diluée dans 2/3 d’eau de source de qualité (ex. : 100 ml de plasma marin hypertonique avec 200 ml d’eau de source). Certaines marques proposent des gourdes graduées (choisissez-les en verre) qui vous permettent de réaliser vos dilutions facilement ; c'est le cas pour la marque Sea-AquaCell's du Laboratoire CSBS-ODEMER (voici le lien de ce produit).

Pour faire du plasma marin hypotonique à partir d'un plasma marin hypertonique ayant un taux de salinité entre 36 et 40‰, conseillée aux personnes très sensibles qui débutent la consommation, il faut respecter les dosages suivants : 1/5 d’eau de mer hypertonique diluée dans 4/5 d’eau de source (ex. : 100 ml de plasma marin hypertonique avec 400 ml d’eau de source).
Pour faire du plasma marin hypotonique à partir d'un plasma marin hypertonique ayant un taux de salinité entre 30 et 35‰, il faut respecter les dosages suivants : 1/4 d’eau de mer hypertonique diluée dans 3/4 d’eau de source (ex. : 100 ml de plasma marin hypertonique avec 300 ml d’eau de source).

NB : Si vous en avez l’occasion, nous vous conseillons de diluer votre plasma marin hypertonique avec de l’eau de source solarisée. La solarisation est une des techniques de dynamisation de l’eau. Aussi, peu le savent, l’eau solarisée est un antioxydant formidable qui complète les effets du plasma marin.

Pour solariser votre eau, mettez votre eau de source dans une carafe en verre (avec un bouchon pour les insectes et autres polluants en suspension dans l’air) de préférence étroite pour une meilleure solarisation. Ensuite, exposez-là dehors au soleil (ou à la lumière du jour, si la luminosité est assez importante) pendant un minimum de 3 heures (idéalement 4). L’eau restera solarisée durant 24 heures. Ne pas l’entreposer dans un récipient en plastique, ni vouloir la refroidir. Votre plasma marin isotonique sera alors chargée en énergie solaire et bien meilleure pour votre organisme.

9. Comment consommer le plasma de Quinton (optimisation, durant le sport, etc.) ?

1 – Par voie orale : éventuellement sous forme de cure, préférablement au quotidien, en hygiène de vie.
2 – Par brumisateur ou en compresse : directement sur les zones cutanées touchées par une pathologie.
3 – Par voie nasal : avec un spray (traitement des sinus).
4 – En gargarisme et bain de bouche (surtout pour les soucis dentaires).
5 – Dans l’alimentation (cuisiner à l'eau de mer) : ne pas dépasser 45°C (explications complètes à la question n°24).
6 – Pour les animaux : le plasma marin est également bénéfique pour les animaux (explications complètes à la question n°18).

Nous vous conseillons de lire la question n°10 concernant les quantités à boire.

Avant de vous servir votre plasma marin hypertonique (pour faire votre dilution), il est conseillé de secouer une bonne dizaine de fois votre bouteille dans le sens vertical (de haut en bas).

Lorsque vous boirez votre plasma marin, pensez à garder vos gorgées en bouche durant un moment (10 à 20 secondes) en faisant circuler doucement l’eau autour de la langue avant de l’avaler, afin d’insaliver l’eau de mer dans le but d’améliorer son assimilation.

Qu’elle soit hypertonique, hypotonique ou isotonique, le plasma marin devrait être bu à jeun ou en dehors des repas (3 à 5 heures après, selon ce que vous avez mangé, ou 15 minutes avant les repas). A jeun, le pylore de l’estomac est ouvert, c’est-à-dire que le plasma marin atteindra directement l’intestin grêle, sans être altérée par la digestion (optimisation de l'assimilation).

Il arrive parfois (plutôt rarement) que certaines personnes soient nerveuses ou ne trouvent pas facilement le sommeil en buvant du plasma marin trop tard le soir (après 19 heure) en raison de son effet légèrement dopant (augmentation de la production des globules rouges). Vivez votre propre expérience et adaptez vos prises en conséquence.

Nous vous conseillons de ne pas boire plus de 100 à 150 ml de plasma isotonique par prise (ou 30 ml de plasma hypertonique), car, votre organisme n’arrivera pas à assimiler et utiliser une richesse aussi importante en une fois (ce conseil sert à optimiser l’assimilation des minéraux). Il ne faudrait pas, non plus, provoquer une débâcle intestinale (trop de sels minéraux en peu de temps ; principe de purge). Donc, si vous voulez boire 500 ml de plasma marin isotonique sur votre journée (et que la capacité adaptative de votre organisme le permet), buvez-les en 5 prises minimum. Le but étant de ne pas boire votre plasma trop vite ("glouglouglou"), comme si vous veniez de faire un marathon sans boire. Buvez trois gorgées, puis, attendez 20 à 30 minutes au minimum avant d’en reprendre.

Enfin, avant de boire votre plasma marin, nous vous conseillons de prendre le temps d’émettre une intention de bienveillance à SON égard. Il s’agit là d’un véritable plus, prouvé aujourd’hui grâce à certains chercheurs en physique quantique. N’oubliez pas que votre organisme est constitué de 70% d’eau en moyenne (99% au niveau cellulaire) et que nos intentions sont capables de modifier sa structure et son impact sur le vivant. Et si nous évoluons vers l'infiniment petit, il apparait évident que nous ne sommes qu'énergie, ne l'oublions pas.

Pour les sportifs :

Avant et après votre séance de sport, nous vous conseillons de boire 100 ml de plasma marin isotonique, ou bien, 20 à 30 ml de plasma hypertonique (prenez connaissance ici des contre-indications de l’hypertonie à la question n°7). Durant l’effort (surtout si il est prolongé), buvez du plasma marin isotonique, éventuellement avec quelques gouttes de jus de citron si vous préférez obtenir un goût plus agréable et un peu de sucre. Le reste du temps (en dehors des périodes d’efforts) buvez du plasma marin isotonique (voir la question n°7).

Le tennisman Rafael Nadal s’hydrate après chaque set avec du plasma marin hypertonique de la marque Totum Sport des Laboratoires Quinton.

Totum-sport-laboratoires-quinton-plasma-marin

Totum Sport Hypertonique des Laboratoires Quinton

10a. Quelle quantité de plasma marin faut-il boire (posologie ; enfants, adultes, femmes enceintes, etc.) ?

Tout dépend de votre état de santé, de l’état de votre organisme, si vous êtes malade ou non. Bref…, il n’y a pas de règle à respecter.

Toutefois, vous trouverez, ci-dessous, une posologie à titre indicatif (nous parlons de plasma marin isotonique, donc dilué).
Lisez bien le reste de la réponse avant de vous lancer.

- Bébés jusqu'à 6 mois : 10 ml (une ampoule) mélangé avec du lait.
- Bébés ayant entre 6 mois et 1 an : 10 ml le matin et 10 ml l'après-midi.
- Enfants d'un an : 10 ml le matin et 20 ml l'après-midi.
- Enfants de 2 à 3 ans : 20 ml le matin et 20 ml l'après-midi.
- Enfants de 4 à 7 ans : un petit verre (50 ml) le matin et un l'après-midi.
- Enfants de 8 à 11 ans : un petit verre (50 ml) le matin et deux l'après-midi.
- Jeune de 12 à 15 ans : un verre moyen (100 ml) le matin et un l'après-midi.
- Adultes : un grand verre (150 ml) le matin et un autre l'après-midi. 200 ml par jour étant le minimum pour un adulte qui souhaite consommer du plasma marin dans un but préventif.
- Ne pas dépasser un litre par jour, afin d'éviter une alcalose métabolique (excès d'alcalinité).

Toujours boire votre plasma marin en dehors des repas, sur un estomac vide, et en plusieurs prises si vous buvez plus de 100 ml sur la journée (voir les explications dans la question précédente : Comment consommer ?).

Les bons praticiens de santé vous conseilleront toujours de commencer doucement avec du plasma marin isotonique (eau de mer diluée), en augmentant les doses petit à petit (exemple : 30 ml durant 3 jours, puis, 60 ml durant 3 jours, puis, 100 ml durant 3 jours, etc.). Vous devrez observer les réactions de votre organisme. Si des symptômes de détoxination se font trop ressentir (maux de tête, diarrhées, problèmes rénaux, œdèmes, nausées, éruptions cutanées, etc. ; cela arrive parfois quand les émonctoires secondaires prennent le relais), il suffira de diminuer les doses de plasma marin temporairement, ou de boire de l’eau de mer sous forme hypotonique (voir question n°7) pendant un moment, le temps que l’organisme s’adapte et que les émonctoires (surtout les reins) puissent fonctionner de manière adéquate pour éliminer les déchets correctement (rythme éliminatif), puis, de revenir à l’isotonie, et d’augmenter à nouveau les doses.

Les personnes épuisées, fortement déminéralisée, ou en hypothyroïdie, par exemple, pourront boire du plasma marin hypertonique le matin (entre 10 et 40 ml maximum, à jeun, selon la capacité éliminative ; commencer par de petites doses également), et ensuite, du plasma marin isotonique l’après-midi et les soir (60 ml avant les repas, par exemple).

NB : Si vous avez des doutes ou besoin d’aide, n'hésitez pas à nous contacter pour obtenir des explications.

La quantité que vous boirez pourrait donc dépendre de l’état de vos émonctoires et de leur capacité à éliminer les déchets de votre organisme. Si ces derniers sont saturés, vous devrez être patients et mettre en place une hygiène de vie qui va les aider à fonctionner correctement (ce que nous conseillons de toute façon). Vous augmenterez ensuite les doses quotidiennes.

Cela dit, soyons honnêtes et clairs : boire un dé à coudre de plasma marin fera du bien à votre organisme, certes, mais boire une quantité d’eau isotonique de 10, 20 ou même 50 ml quotidiennement ne sera probablement pas suffisant pour régénérer valablement votre organisme (comme beaucoup de sites ou fournisseurs d’eau en ampoules le prétendent, afin de ne pas effrayer le consommateur et de continuer à vendre). En petite quantité, les minéraux du plasma ingéré auront rapidement tamponné quelques acides présents dans votre système digestif (c’est logique). Les résultats ne seront pas grandioses et vous risquez de nous dire ensuite : « Je n’observe aucun changement significatif ». Il faut, en général, un minimum de 150 ml de plasma marin isotonique par jour, pour amorcer une régénération cellulaire digne de ce nom.

Tant que le corps ne manifeste aucun symptôme de détoxination, vous pourrez augmenter vos dosages (il faut fonctionner au ressenti). Il n’y a pas vraiment de limite au niveau du dosage. Cela dit, l’excès nuit en tout (voir les explications ci-dessous). Si vous en buvez plus que l’organisme n’en a besoin, ce dernier aura facile à éliminer le ou les minéraux en trop, car, les minéraux et oligo-éléments présents dans le plasma marin sont organiques.

La quantité va donc dépendre de votre compréhension et de vos convictions à propos du plasma marin, aussi de votre budget, mais surtout, de votre état de santé et de vos objectifs en matière de santé.

René Quinton conseillait de consommer entre 200 et 500 ml de plasma marin isotonique par voie orale dans un but préventif, en fonction de l’activité (lorsqu’on fait du sport, par exemple, on perd énormément de minéraux), et entre 500 ml et 1 litre face à une pathologie lourde, afin de minéraliser ou de réguler le pH des liquides physiologiques au plus vite.

Néanmoins, nous observons déjà de très bons résultats face à des pathologies chez certaines personnes avec 1/5 de litre (200 ml) de plasma isotonique par jour. Parfois même avec seulement 100 ml. Il n’y a pas de règle. Chaque personne est différente.

Question budget : en buvant quotidiennement 250 ml de plasma marin isotonique dans un but préventif, par exemple, cela vous revient à plus ou moins 1€ par jour (en faisant votre plasma isotonique vous-même et en achetant du plasma hypertonique). 1€ par jour…, ce n’est tout de même pas la mer à boire (il fallait que je place cette expression quelque part, pardonnez-moi… lol).

A terme, vous ferez sans doute des économies en évitant médecins, thérapeutes en tout genre et traitements chimiques par la suite, puisque votre organisme sera moins (voir plus du tout) malade. A vous de juger, comme on dit ; il s’agit de votre santé.

Maintenant, c’est à vous de déterminer vos besoins et vos priorités. Faites un essai deux ou trois mois, et vous verrez…

Concernant les femmes enceintes et l’allaitement ?

Les femmes enceintes ne boiront pas de grandes quantités de plasma marin durant les 3 premiers mois de leurs grossesses (se limiter à plus ou moins 100 ml isotonique par jour, pour éviter l'interventionnisme durant cette période). L’idéal étant de boire beaucoup de plasma marin isotonique avant la conception du fœtus, afin que ce dernier puisse bénéficier d’une parfaite minéralisation, et durant les 6 derniers mois de la grossesse (entre 200 ml et 500 ml isotonique par jour, selon l’activité physique et la capacité adaptative de la maman), afin de permettre une excellente croissance de l’enfant et de lui offrir les meilleures conditions en matière de santé par la suite. Les minéraux du plasma marin étant biodisponibles, l’organisme pourra facilement éliminer ce dont il n’a pas besoin (si tel devait être le cas). Il est même conseillé de poursuivre cette consommation durant l’allaitement, par la suite (le lait sera de bien meilleure qualité). Minéraliser sa progéniture est un des plus beaux cadeaux qu’on puisse lui offrir.

Concernant les enfants ?

Pour les enfants, sachez que Mr. Quinton conseillait 10 à 20 ml de plasma isotonique avant chaque biberon (pour les tout petits).

Comme pour les adultes, il conviendra d’adapter les doses en fonction du ressentis ou des éventuels symptômes de détoxination de l’enfant, ainsi que de sa croissance.

Il y a-t-il une quantité journalière maximum à ne pas dépasser ?

Non. Mais nous vous conseillons toutefois de ne pas boire du plasma de Quinton exagérément (plus d’1 litre isotonique par jour, par exemple), car, il s’agit d’éviter l’alcalose métabolique, qui est un trouble de l’équilibre acido-basique (hausse du pH). Trop d’acidité n’est pas une bonne chose, certes, mais trop d’alcalinité n’en est pas une non plus. Comme toujours dans la nature, c’est l’équilibre qui est important. Nous conseillons de ne pas dépasser 1 litre d’eau isotonique par jour.

Cela dit, qu’elle soit prise sous forme hypertonique (pure) ou isotonique (diluée), la richesse nutritionnelle en excès (si il y a excès) apportée par l’eau de mer sera très facilement éliminée par l’organisme (si celui-ci n’en a pas besoin ou ne peut assimiler assez vite), nous l’avons dit, car il s’agit d’une eau « vivante ». Contrairement aux eaux minérales vendues dans nos grandes-surfaces, les minéraux que contient le plasma de Quinton sont organiques.

Important : Attention aux contre-indications concernant le plasma marin sous forme hypertonique (ne pas dépasser 40ml par prise). Et faites attention aux crises de détoxination ou œdème rénal si vous buvez beaucoup de plasma marin sans adaptation de l’organisme (nous l’avons expliqué ci-dessus).

10b. Doit-on consommer le plasma marin en cure ? Faut-il faire des pauses ?

Nous ne conseillons pas forcément le plasma marin isotonique en cure, bien qu'on puisse le consommer de la sorte. Il n'y a pas de règle. Vous pouvez consommer du plasma marin isotonique toute l'année sans aucun souci. Les minéraux présents dans le plasma marin isotonique étant organiques (biodisponibles) un surplus éventuel sera parfaitement géré par l'organisme.

En revanche, la notion de cure a du sens pour le plasma marin hypertonique (3 à 4 semaines maximum), car, dans ce cas, il y a interventionnisme, puisque le taux de salinité est largement supérieur à celui de notre sang (entre 30 et 40 ‰ selon les marques, contre 9‰ pour le sang). Dans ce cas, la sphère rénale sera sursollicitée.

Le plasma marin isotonique permet de tamponner l'acidité de notre mode de vie moderne (stress, alimentation industrielle, trop cuite, transformée, etc.). Il faut comprendre que le pH de notre sang ne pouvant pas varier (c'est une question de vie ou de mort ; il doit rester à 7,35), les minéraux organiques et alcalins du plasma marin vont permettre à votre organisme de réguler son équilibre acido-basique, et ainsi, d'éviter à ce qu'il soit obligé de piller dans ses propres réserves (dans vos artères, dans vos os, vos tissus, vos dents, etc.). La consommation quotidienne est donc une solution de santé préventive, puisque l'acidose de l'organisme est la porte ouverte à de très nombreuses pathologies et malaises. Boire un peu de plasma marin isotonique tous les jours (en hygiène de vie) permet donc d'éviter cette situation de déséquilibre.

A la question : peut-on remplacer l'eau de source qu'on boit tous les jours (1,5 ou 2 litres) par du plasma marin isotonique ? La réponse est : non. Car, vous risqueriez une alcalose métabolique. Il ne faut pas dépasser 500 ml par jour dans un but préventif, ni un litre par jour (temporairement) face à une pathologie lourde. Un excès d'acidité (acidose) est problématique, mais, un excès d’alcalinité (alcalose) l’est également. Comme toujours, tout est question d’équilibre.

11. Comment réagir si le plasma marin provoque des insomnies, de l’hyperactivité, des excitations comme avec le café ?

Comment expliquer que le plasma marin provoque ce type de symptôme ?

Une des premières raisons à cela, c’est que le plasma marin permet l’assimilation des vitamines. Pourquoi ? Car, il est absolument nécessaire que le corps reçoive tous les minéraux pour assimiler ses vitamines (qu’elles soient sous forme de trace ou provitamines, c’est-à-dire, des vitamines présentes dans le corps, mais qui ne sont pas encore métabolisées). Or, le plasma de Quinton est un concentré de minéraux actifs qui permet de mieux métaboliser nos vitamines. Un exemple : La vitamine B12 a besoin de Cobalt pour se métaboliser. Le cobalt est ce que l’on appelle un co-facteur de la vitamine B12. Sans un apport de Cobalt, pas de vitamine B12.

Autre raison : le plasma marin de Quinton peut parfois surexciter le consommateur en journée quand il travaille sur le système nerveux. Il a un effet dopant pouvant perturber certaines personnes. D’ailleurs, il faut savoir que le principe de dopage, avec l’EPO (érythropoïétine) par exemple, est l’augmentation fulgurante des globules rouges, améliorant ainsi la capacité à transporter l’oxygène. Par voie de conséquence, cet apport supplémentaire d’oxygène favorise la performance de l’organisme et peut occasionner une surexcitation. Sachez que le plasma marin provoque le même effet.

Le plasma marin va booster votre système immunitaire.

En d’autres mots, le plasma marin est un produit extrêmement vital pouvant perturber légèrement certaines personnes au début de la consommation, car, par la suite, les choses se calment. Mais, cette action vitale est l’effet recherché, car, c’est lui qui va permettre la régénération de l’organisme.

Rappelons qu’il n’y a aucune contre-indication à la consommation de plasma sous forme isotonique ou hypotonique (sauf en cas de greffe ou de transplantation). Les symptômes peuvent paraître inquiétants, mais, ne seront jamais dangereux. Seul le plasma marin hypertonique a certaines contre-indications (voir la question n°7).

Comment réagir face à ces symptômes ?

– Si vous vivez seulement des insomnies ou des difficultés à vous endormir, évitez de boire votre plasma marin trop tardivement (ne le buvez pas après 19h). Éventuellement, réduisez un peu les doses momentanément.

– Si vous vivez de la surexcitation en journée, il ne faut pas arrêter votre consommation de plasma marin pour autant. Il vous suffira de diminuer vos doses journalières jusqu’à ce que vous retrouviez votre état normal durant la journée. Laisser votre organisme se nettoyer avec moins de plasma marin durant un moment, puis, reprenez progressivement des doses plus importantes. Il faudra fonctionner au ressenti.

– Si vous vivez une hausse de tension artérielle, nous vous conseillons de vérifier l’état de fonctionnement de vos reins. Parlez-en avec votre praticien de santé en hygiène de vie naturelle. Vos néphrons fonctionnent-ils correctement ? La couleur de vos urines est-elle foncée le matin, etc. ?

Intéressez-vous également à la toxémie globale de votre organisme, ainsi qu’à votre vitalité, car, l’épuisement du système nerveux est un facteur important.

Il peut arriver qu’un ensemble de facteurs nécessitent une prise de plasma marin très progressive. Si on ressent une augmentation de la tension artérielle, on n’arrête pas d’en boire pour autant (car, le nettoyage de l’organisme doit se poursuivre, et prioritairement le nettoyage de vos reins), mais, on en boira moins temporairement, tout simplement.

Pensez peut-être alors à aider votre organisme en l’accompagnant dans ses processus homéostatiques avec l’aide de plantes pour soutenir vos émonctoires, afin qu’ils ne soient plus débordés et que vous puissiez poursuivre la détoxination sans symptômes dérangeants. L’objectif étant de faire baisser la toxémie et de faire redémarrer vos émonctoires. A ce moment-là, la tension artérielle va baisser et le travail de l’eau de mer pourra continuer. Elle fera son nettoyage cellulaire (fonction principale de l’eau de mer). Si vos reins ne sont pas en état suivre le rythme de la détoxination cellulaire provoquée par le plasma marin, l’organisme pourrait faire de la rétention.

La cause de l’hypertension (ou de la suractivité) n’est donc pas le plasma marin. Mais, ce dernier est un révélateur de l’état de santé du consommateur.

Pour résumer : Il n’y a donc aucune inquiétude à avoir face à ces symptômes, il suffit simplement d’adapter vos doses et de fonctionner avec votre ressenti. Restez à l'écoute de votre organisme et adapter votre consommation en fonction de sa capacité adaptative.

12. Pourquoi est-il préférable de boire du plasma marin vendu en bouteilles, plutôt qu’en ampoules ?

Fort de notre travail de recherche en étudiant les travaux de René Quinton, fort de notre expérience, et en se reposant sur notre compréhension de la physiologie, nous sommes arrivés à la conclusion que, pour agir efficacement, le plasma marin isotonique devait être consommé sur la base d’un volume journalier important (entre 100 et 500ml dans un but préventif, et jusqu’à un litre par jour selon la capacité et l'état physiologique de chacun face à certaines pathologies).

Le rapport qualité/prix des ampoules de plasma marin n’est donc pas intéressant, sachant qu’une boîte d’ampoules contient habituellement 30 unités de 10 ml, soit 300 ml par boîte. Vous avez donc besoin de plus de 3 boîtes d’ampoules pour obtenir un litre d’eau de mer isotonique, soit environ 75€ le litre isotonique.

La volonté des marques qui vendent du plasma marin au litre est de rendre accessible l’eau de mer au plus grand nombre. C’est pourquoi, elles proposent le plasma marin en bouteilles de 1 litre, et en bag-in-box de 3 et 5 litres pour les plus petits budgets). Nous proposons sur ce site des plasmas marins vendus au litre (tarifs dégressifs), avec lequel vous ferez du plasma marin isotonique qui vous reviendra aux alentour de 4€ le litre, c’est-à-dire, beaucoup moins cher qu'avec des ampoules.

De plus, le procédé de fabrication pour permettre à une ampoule de se rétracter pour se fermer, nécessite obligatoirement le passage d’une énorme flamme (la fusion du verre est à 1.000°C). L’eau de mer doit être respectée, elle a une mémoire et un champs énergétique puissant. Un traitement agressif et non naturel de l’eau de mer, en la soumettant à l’épreuve du feu, nous a toujours semblé complètement incohérent, bien que les analyses démontrent que la biodisponibilité des minéraux présents ne soit pas altérée.

13. Comment conserver son plasma marin ?

Vous êtes nombreux à nous poser cette question. Est-il possible de stocker et de conserver du plasma marin de Quinton ?

Conserver du plasma marin hypertonique :

Le plasma marin hypertonique possède une véritable osmose interne. Il se suffit à lui seul (génobactérien). De ce fait, qu’elle soit ouverte ou non, une bouteille de plasma marin hypertonique se conserve plusieurs mois (2 ans, en moyenne, pour les bouteilles fermées, et, 3 à 4 mois pour les bouteilles ouvertes) du moment qu’elle soit conservée à l’abri de la lumière, et à température ambiante (ne pas descendre sous 4°C, et idéalement, ne pas dépasser 35°C – altération dès 45°C ; si votre plasma marin est conservé au frigo, faites en sorte qu’il ne descende pas sous les 4°C).

La DLC (Date Limite de Consommation) est indiquée sur les étiquettes des bouteilles.

Pour les personnes qui vivent sous les tropiques, exposées à des températures régulièrement très élevées, investir dans un petit frigo (ou cave) à vin électrique pourrait-être une bonne solution.

Conserver du plasma marin isotonique (ou hypotonique) :

Du fait de sa dilution avec une eau de source non stérile (ceci concerne le plasma marin fait à la maison, et non le plasma marin en ampoules), il arrive que le plasma marin isotonique ne se conserve pas longtemps. Aussi, il est recommandé de le consommer plus rapidement, c’est à dire, dans les 3 à 4 jours après dilution chez vous, et de le conserver durant ce temps à température ambiante (température minimum de 4°C et maximum 35°C ; si votre plasma marin est conservé au frigo, faites en sorte qu’il ne descende pas sous les 4°C).

Si vous désirez boire votre plasma marin à température ambiante, sortez-le du frigo en allant vous coucher pour le boire en vous levant, ou sortez-le quelques heures avant de le consommer durant la journée (boire une eau glacée n’est pas recommandé).

L’idéal étant, bien entendu, de « fabriquer » votre plasma marin isotonique (ou hypotonique) au fur et à mesure, tout au plus pour la consommation d’une journée, puisqu’il est plus facile de conserver de l’eau de mer sous forme hypertonique.

Conservation du plasma marin en contenant plastique et bag-in-box :

Les plastiques (quels qu’ils soient ; bouteilles en PET ou poches de bag-in-box) ont tendance à « transpirer » un peu dans l’eau de mer, c’est pourquoi, nous vous recommandons de conserver votre plasma marin en contenant plastique maximum 3 à 4 mois après votre achat. Si vous souhaitez conserver votre plasma marin hypertonique plus longtemps, vous pourriez le transvaser dans des bouteilles en verre (dans ce cas : la conservation sera possible durant 3 à 4 mois supplémentaires).

14. Quelle différence il y a-t-il entre un sérum physiologique et du plasma marin isotonique ?

Le sérum physiologique est de l’eau distillée (eau morte) dans laquelle on ajoute 0,9 % de NaCl (ou Chlorure de sodium (du sel)) pour tenter d’hydrater les tissus.

Le plasma marin isotonique est un produit naturel vivant qui ne contient ni d'additif, ni de conservateur, ni de stabilisant. Il possède presque tous les éléments du tableau périodique de Mendeleïev (78 éléments actifs, précisément) qui sont hautement assimilables par notre organisme (organiques, bio-disponibles). Il nourrit littéralement le milieu dans lequel baignent nos cellules. Il permet de l’enrichir. Il aide à guérir et à limiter l’apparition des maladies (prévention).

Ces deux eaux ne sont donc pas comparables.

15. Qu’était-il inscrit dans le dictionnaire VIDAL jusqu’en 1982 à propos du plasma marin de Quinton ?

Le « Dictionnaire Vidal » est un ouvrage médical rassemblant les résumés des caractéristiques des médicaments des laboratoires pharmaceutiques.

Mis à jour chaque année, il représente la bible du médecin pour connaître les médicaments et leurs effets.

Le plasma marin de René Quinton a été introduit dans le VIDAL la première fois en 1937, mais, il était utilisé dès 1904. Et pour la première fois, en 1982, il a perdu son AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) concernant sa formule injectable. Il est sorti du VIDAL, car, par inadvertance, l’usine d’alors a oublié de le revalider (c’est la version officielle).

Dès lors, le plasma marin de René Quinton a perdu son label « INJECTABLE » pour devenir « BUVABLE ». Les injections de plasma marin de Quinton sont donc interdites actuellement aux praticiens de santé, alors que sa consommation par voie orale est acceptée (complément alimentaire).

Cela dit, vous pourrez vous l’injecter vous-même, ou vous la faire injecter, dans la mesure où vous en assumerez la responsabilité (cela va de soi).

Il est toujours fabriqué de la même manière aujourd’hui (procédé original de stérilisation par micro-filtration à froid, correspondant aux normes de la pharmacopée européenne).

Vidal Quinton plasma marin

Le Dictionnaire Vidal est un ouvrage médical français rassemblant les caractéristiques de tous les médicaments.

Voici donc ce qui était inscrit dans le VIDAL concernant le Plasma Marin de Quinton :

PLASMA DE QUINTON

Eau de mer naturelle.
Injectables, buvables, utilisables pour l’usage externe.

Le PLASMA DE QUINTON existe en deux concentrations :

1º Isotonique : PLASMA DE QUINTON
2º Hypertonique : DUPLASE DE QUINTON (Voir DUPLASE).

Composition :
Dilution isotonique apyrogène d’eau de mer naturelle (pH 7,2), préparée en milieu stérile, par des procédés spéciaux sans élévation de température, sans contact métallique ni procédés électriques, de façon à conserver à l’eau de mer son équilibre moléculaire et son caractère de « milieu vivant ».

Contient les 92 corps simples connus (et tous les oligo-éléments).

L’eau de mer est prélevée à 10 m. de profondeur (zone de pénétration solaire) dans des conditions qui assurent toute sécurité quant à sa pureté.

Injections indolores avec très rapide résorption.

Propriétés :
René QUINTON a démontré, en 1904, que le PLASMA DE QUINTON est identique physiquement, chimiquement, physiologiquement à notre milieu intérieur, ce qui permet d’y faire vivre dans les meilleures conditions les cellules isolées (en particulier, hématies et leucocytes) et les fragments de tissus.
Il est possible de remplacer la masse sanguine d’un animal par du PLASMA DE QUINTON sans troubles pour l’organisme.

Mode d’action :
1º Régénération organique (remplacement graduel du milieu intérieur existant, appauvri ou souillé).
2º Ré-équilibration (apport minéral, sous forme assimilable, par transminéralisation).
3º Recharge en oligo-éléments, sous leur forme naturelle ; de cette façon, ils exercent les uns sur les autres des actions de renforcement multiple (oligo-synergie).
4º Action infinitésimale, homéopathique, de certains de ses éléments.

Indications :
1º Nourrissons : Gastro-entérites, Toxicose, Athrepsie, Anorexie, Eczéma,
Traitement prénatal, Prématurés.
2º Adultes : Anémie, Asthénie, Surmenage, Troubles de la sénescence, Vomissements de la grossesse, Gastro-entérites, Constipation, Dysenteries, Colibacillurie, Tuberculose pulmonaire et externe, Sclérose en plaques.
3º Gynécologie : infections et congestions utéro-vaginales.
4º Ophtalmologie-O.R.L. : Coryzas, Rhinites, Sinusites, Aérosols.
5º Dermatologie : Eczéma, Urticaire, Psoriasis, Prurigo. Lichen, Dermites infectées. Allergies.
6º Reconstitution de la masse sanguine. Brûlures.
7º Réanimation. Alimentation artificielle.
8º Modification favorable du terrain.
9º Solvant des antibiotiques.

Contre-indications :
Aucune contre-indication !
Les premières injections peuvent provoquer une légère réaction avec excitation ou fièvre, sans aucune gravité.

Posologie :
Le PLASMA DE QUINTON est utilisé :
1º En injections sous-cutanées ou intraveineuses.
2º En boissons.
3º Pour usage externe (pulvérisation, compresse, et bains locaux).

Règles générales des traitements :
Doses très variables suivants l’affection traitée, mais il est indispensable d’atteindre des doses « élevées » pour obtenir les résultats « classiques » du Plasma de Quinton.
Commencer – sauf toxicoses et diarrhées sévères – par de petites doses (2 injections de 10 ml., 2 de 20 ml.), augmenter progressivement (30, 50, 80, 100 ml.) et pratiquer une dizaine d’injections à la dose la plus élevée compatible avec un bon fonctionnement intestinal.
Des doses trop fortes pour un sujet donné peuvent amener une tendance à la constipation.
Nourrissons et jeunes enfants : injections sous-cutanées sous l’omoplate.
Adultes : injections sous-cutanées à la fesse (traitement ambulatoire) – ou injections intraveineuses.

1º VOIE PARENTERALE
Toxicose aigüe : 200 ml. injectés matin et soir pendant une semaine. Puis 200 ml. par jour la semaine suivante.
L’alimentation pourra être reprise progressivement une heure après la première injection. (En cas de vomissement, remplacer le lait par du PLASMA DE QUINTON, dilué au 1/3 dans une eau minérale pure, jusqu’à digestion du lait).
Diarrhée – Athrepsie : 6 injections de 10 ml., un jour sur deux. Continuer par 6 injections de 30 ml., puis de 50 ml., au plus.
Traitement de 15 jours à plusieurs mois. Reprendre l’alimentation dès les débuts du traitement en repas fractionnés et multiples.

Traitement prénatal :
1º De la mère : vomissements de la grossesse.
2º De l’enfant : Disparition des tares physiologiques.
Commencer dès les débuts de la grossesse, continuer le plus longtemps possible trois à quatre injections de 20 ml. par semaine. Augmenter la dose tous les 10 jours jusqu’à 200 ml. au plus, puis passer à la DUPLASE DE QUINTON.
3º Entérite et constipation de l’adulte : Revenir progressivement à une alimentation normale. 4 injections de 30 ml. tous les 3 jours, puis 10 injections de 50 à 200 ml. au plus.

DERMATOLOGIE
Eczéma, Urticaire, Allergie : De préférence, petites doses en rapprochant les injections sans augmenter les doses, suivant la réaction du malade.
Adultes : 6 injections de 20 à 50 ml., tous les trois jours, puis continuer tous les deux jours.
Nourrissons : 6 injections de 5 à 30 ml. tous les trois jours, puis tous les deux jours. Pulvérisations locales.
Psoriasis : Débuter à doses faibles et monter rapidement jusqu’à 100, 200 ml. ou plus, puis continuer avec la DUPLASE DE QUINTON.
Pulvérisations et bains locaux pour hâter le blanchissement.
Tuberculose externe : 3 injections de 30 ml. tous les trois jours. Continuer par 4 injections de 50 ml., puis 10 de 100 ml..
Pansements locaux au PLASMA DE QUINTON.
Solvent des antibiotiques : Injections indolores. Sa légère alcalinité le fait conseillé spécialement pour Streptomycine.

2º VOIE ORALE
Nourrissons : Troubles digestifs, Athrepsie: 1 ampoule de 10 ml., 1/4 h. avant les biberons 3 fois par jour.
Vomissements : Alterner un biberon de lait et un biberon de PLASMA DE QUINTON dilué au 1/3 dans une eau minérale pure, jusqu’à digestion du lait.
Anorexie : 5 ou 10 ml., 1/4 h. avant les biberons 3 ou 4 fois par jour.dultes : Troubles digestifs. Anorexie. Modification favorable du terrain. Consolidation de la cure par injection. Doses moyennes : 200 ml., 1/4 h. avant chacun des repas.
Le produit sera conservé dans la bouche quelques secondes avant d’être avalé.

3º USAGE EXTERNE
Eczéma : pulvérisations locales.
Psoriasis : pulvérisations et bains locaux prolongés pour hâter le blanchissement.
Tuberculose externe. Pansements locaux.
Brûlures, Coups de soleil : Compresses ou pulvérisations renouvelées aussi souvent que possible.
O.R.L. : Rhinite, sinusites : 5 ml. dans chaque narine 3 ou 4 fois par jours.
Aérosols médicamenteux : PLASMA DE QUINTON, puis DUPLASE DE QUINTON.
Aérosols climatiques : DUPLASE DE QUINTON.

16. Peut-on boire du plasma marin lorsqu'on fait de la rétention d'eau (de l'œdème) ?

Oui vous pouvez, mais, en adaptant les doses de plasma marin en fonction de la capacité éliminative de votre organisme.

Explications :

La fonction principale du plasma marin est le nettoyage cellulaire en profondeur. Lorsque la cellule reçoit une alimentation riche en éléments biodisponibles (telle que le plasma marin), elle se décharge de ses déchets. De ce fait, en buvant de bonnes doses de plasma marin, vos cellules libèrent une quantité importante de déchets dans vos humeurs (vos liquides physiologiques). Ces déchets sont à caractère acide. Etant donné que le pH du sang ne peut pas varier (il doit rester à 7.35) l’organisme est obligé de compenser. Parmi les options de compensation, il y a la dilution des humeurs (augmentation du volume plasmique). L’eau des tissus est utilisée par le corps pour diluer et réguler rapidement le pH du sang (une réaction de défense de l’organisme). Il y aura rétention généralisée ou localisée, en fonction des cas et du niveau d’acidification.

Donc, quand il y a rétention d’eau suite à la consommation de plasma marin, cela veut dire que les cellules éliminent trop vite leurs déchets et que l’organisme a difficile de suivre le rythme éliminatif (saturation rénale). Il faut donc l’aider en diminuant les doses temporairement, en facilitant l’évacuation (en aidant les émonctoires avec une alimentation adaptée, par exemple).

Stopper la consommation de plasma marin ne sera pas nécessaire (d’autant que le nettoyage cellulaire est important dans ce cas). En revanche, adapter les doses en fonction de la capacité éliminative est important.

A noter que les minéraux (les sels) présents dans le plasma marin sont tous organiques (biodisponibles ; parfaitement assimilables par nos cellules). Par conséquent, ils ne constituent pas un souci pour l’organisme (pas de toxicité). Seuls les minéraux inorganiques (comme les sels de table, par exemple) sont délétères, et créent une toxémie.

17. Peut-on consommer du plasma marin avec des principes actifs (chimiques ou naturels) ou avec de l'argile ?

Oui. Le plasma marin constitue un adjuvant très précieux aux traitements chimiques ou naturels (médicaments, principes actifs de plantes, etc.), pour aider à lutter contre toutes sortes de maladies (si ce n’est toutes).

Idéalement, il est préférable de consommer le plasma marin seul (sur estomac vide) et de prendre vos médicaments (principes actifs ou compléments alimentaires) ensuite (au moins 15 minutes après).

L'argile, quant à elle, peut être consommée avec du plasma marin isotonique (mélange des deux). Ils sont compatibles. Cependant, Jade Allègre (grande spécialiste de l'argile) nous dit que le mélange des deux n'altère pas les produits, mais qu'il pourrait légèrement réduire leurs efficacités.

18. Peut-on donner du plasma marin aux animaux ?

Oui, le plasma marin aide les animaux aussi.

En général, on offre à l'animal (chiens et chats) jusqu'à 10 ml de plasma isotonique par kilo, et par jour. Mais, ce que nous recommandons, c'est de donner deux gamelles l'une à côté de l'autre. Une gamelle avec de l'eau de source habituelle, et une autre avec du plasma marin isotonique (200 ml par exemple), de telle sorte que l'animal puisse choisir ce qu'il veut en fonction de ses besoins, et y revenir quand il le souhaite. Les animaux ressentent mieux que nous ce dont ils ont besoin.

Pour les chevaux et les vaches, vous pouvez leur proposer de 1/2 litre à 1 litre de plasma marin isotonique par jour.

Chien-gamelles-Quinton-plasma-marin

Laissez votre animal de compagnie choisir (eau de source ou plasma marin isotonique)

19. Peut-on développer une addiction au plasma marin ?

Certains témoignent d'une forme d'addiction au plasma marin.

Plus on mange "toxique" et plus l'organisme réclame ses toxiques. Plus on mange "physiologique", plus l'organisme réclame une alimentation physiologique. C'est un fait que nous connaissons bien et observons régulièrement en hygiénisme. Et plus on s'alimente en alimentation vivante (végétale crue ou peu cuite, et variée), plus le taux vibratoire cellulaire s'élève, et plus l’accessibilité à l'intelligence universelle augmente. L'intuition est également exacerbée. Ecoutez votre organisme, il s'exprime. Il vous indique ce dont il a besoin.

20. Peut-on consommer du plasma marin quand on est allergique à l'iode (ou à d'autres minéraux) ?

1 - On n'est pas allergique à l'iode, mais aux produits iodés, ce qui n'est pas pareil.
2 - On crée des réactions allergiques ou des pathologies dues à la toxicité de certains minéraux quand ils sont inorganiques. Or, dans le plasma marin de Quinton, les minéraux sont organiques, c’est-à-dire, chélatés (rendus biodisponibles grâce aux végétaux (plantes, légumes, fruits, algues, phytoplancton, etc.)). De ce fait, l’iode, le plomb, le mercure, le fluor, ou autres éléments présents dans le plasma marin (car, tous les minéraux s'y trouvent ; 78 au total) ne seront pas allergènes, ni dangereux pour la santé.

21. Les effets du plasma marin sont-ils rapidement visibles sur l'organisme (résultats) ?

Les effets du plasma marin peuvent être vraiment très différents d'un individu à l'autre, cela dépend de la capacité adaptative de la personne, de sa capacité éliminative, de l'état de son système nerveux, de sa toxémie, etc. C'est normal puisque nous sommes tous différents et que le plasma marin agit globalement sur le terrain physiologique en fonction du souhait de l'organisme (c'est lui qui décide).

Certains effets du plasma marin sont bel et bien là, mais, totalement invisibles. Je pense, par exemple, au renforcement de vos artères, de votre cœur, de votre estomac, etc.

Il faut, en moyenne, 6 semaines en buvant 200 ml d'eau isotonique par jour pour que les personnes commencent à voir des effets significatifs (différences sur la manifestation des symptômes d'une pathologie). Ce n'est pas un remède, ni un médicament, ni un principe actif, mais un superaliment.

Certaines personnes ne verront jamais d'effet sur l'organisme, mais, il est très probable que si elles n'avaient jamais bu de plasma marin, elles seraient en moins bonne santé. Le plasma marin, lorsqu'il est bu dans un but préventif ne provoque aucun effet visible (même en buvant 500 ml isotonique par jour). C'est exactement comme manger de la salade ou des abricots (nous parlons d'alimentation).

22. Le plasma marin peut-il aider lors d'une prolifération fongique (Candida Albicans, ou autres champignons) ?

Oui. La prolifération fongique (surtout dans la sphère des gonades) est la réponse que le corps utilise pour gérer l’excès d’acidité. La candidose (prolifération de Candida Albicans), par exemple, est donc une réponse à l’acidose. C’est le seul moyen dont le corps dispose pour essayer de régler le problème (causé par un mode de vie inadapté). Le problème, c’est qu’à long terme, les effets peuvent être catastrophiques. Solution : Outre un mode de vie plus hygiéphile (alcalinisant, moins stressant, etc.), le plasma marin (apport de minéraux alcalins) répond à la cause de l’acidose. Il équilibre le pH du sang et aide ainsi l’organisme à réguler la présence de Candida Albicans ou autres proliférations fongiques.

23. Le plasma marin permet-il de résoudre les carences en minéraux ?

Pas toujours.

Parfois le plasma marin pourra rapidement combler vos carences, comme avec certains minéraux largement présents dans le plasma marin (magnésium, sodium, potassium, calcium, etc.).

Tandis qu’avec certains oligo-éléments ce sera plus compliqué. La présence de fer, par exemple, dans le plasma marin est infinitésimale (oligo-élément). Si vous avez une carence en fer, la supplémentation sera peut-être nécessaire parallèlement à la consommation de votre plasma marin.

Quoi qu’il en soit, nous vous conseillons de vérifier régulièrement vos marqueurs et de suivre les recommandations de votre médecin.

Attention : Gardez à l’esprit que la supplémentation isolée des minéraux perturbe l’équilibre minéralogique global de l’organisme (peu de personnes le savent, même parmi les médecins). Une supplémentation isolée en magnésium, par exemple, crée un déficit (voire une carence) en calcium. Idéalement, la supplémentation devrait être obtenue avec des produits équilibrés (totum ionominéral), tels que le plasma marin de Quinton, les fruits et les légumes non-transformés, etc.

24. Peut-on cuisiner à l'eau de mer (au plasma marin hypertonique) ?

Oui, cuisiner à l'eau de mer (au plasma marin hypertonique) apporte un vrai "plus" à vos plats. L’eau de mer joue un rôle d’exhausteur de goût naturel. Elle contribue à une conservation plus longue de vos aliments et les assaisonne naturellement.

Il faudrait plutôt dire : "saler ses plats à l'eau de mer" (doses à adapter en fonction de vos souhaits). Mettre du plasma marin (minéraux organiques) à la place du sel de table (minéraux inorganiques) est une excellente idée (voir la question n°5).

Si vous souhaitez "économiser" votre plasma marin, il faut l'ajouter à vos plats juste avant de manger, et non dans les casseroles directement sur le feu. Idéalement, le plasma marin ne devrait pas dépasser les 45°C, afin d'éviter la destruction des chélates (pertes de la biodisponibilité des minéraux organiques). Cela dit, inclure de l’eau de mer à une eau de cuisson, évite que les minéraux de vos aliments ne soient perdus en migrant vers votre eau de cuisson (seule raison d'exposer à une chaleur élevée).

Enfin, l’eau de mer est une excellente saumure pour les lactofermentations et les choucroutes. Si vous voulez remplacer le sel traditionnel (chlorure de sodium), le plasma marin hypertonique sera idéal.

25. Le plasma marin peut-il fatiguer et/ou augmenter les symptômes des maladies ?

Gardez à l'esprit que le plasma marin est propice à la vie (il s'agit d'eau pure et de minéraux organiques).

Cela dit, comme durant les jeûnes thérapeutiques, certains symptômes peuvent temporairement s'aggraver, ou des nouveaux apparaitre, suite à la consommation de plasma marin. Pourquoi ? Car, le corps crée les maladies centrifuges pour extraire la toxémie de l’organisme, et que le plasma marin a pour rôle principal la détoxination cellulaire.

Aussi, bien que le plasma marin provoque un booste de la production des globules rouges, et donc un léger effet dopant (énergisant), de la fatigue peut parfois être ressentie durant sa consommation, car l'organisme a besoin de beaucoup d’énergie pour sa régénération et pour extraire les toxiques. On appelle cela une inversion énergétique (cette inversion est souvent vécue par les jeuneurs).

Les symptômes doivent donc être interprétés positivement (nettoyage et réparation de l'organisme) et non négativement (le plasma marin crée des problèmes).

Si vous vivez une inversion énergétique ou certains symptômes de détox, vous pouvez réduire les doses journalières, afin d'obtenir une consommation plus confortable, en fonction de la capacité éliminative de votre organisme.

26. Le plasma marin est-il indiqué en cas de problème de thyroïde ?

Le plasma marin est indiqué en cas de problème de thyroïde (Hashimoto, hypothyroïdie et hyperthyroïdie).

Mais attention, car les applications ne seront pas toujours les mêmes, et seront fonction de l’état de la glande (variable).

En cas d'hypothyroïdie, on conseille de boire un plasma marin plutôt hypertonique (pure et en cure de 3 semaines), afin de "réveiller" la glande (tout en vérifiant régulièrement les marqueurs en iode et l'état de fonctionnement de la glande par des prises de sang). Buvez de l'hypertonique le matin (de 10 à 40 ml) et de l'isotonique en après-midi et le soir, en fonction de votre capacité adaptative, et ce, toute l'année, car l'isotonie ne nécessite pas de cure (voir la question n°10).

En revanche, en cas d'hyperthyroïdie, on conseille de boire du plasma marin sous forme isotonique, voir même hypotonique (donc diluée, ou très diluée).

Parmi les causes du dysfonctionnement global de la glande, il peut y avoir l'épuisement du système nerveux, une attaque virale, une congestion, mais aussi, la déshydratation de la glande (pour rappel : acidification par notre mode de vie délétère = déminéralisation = déshydratation des tissus = faiblesse, pathologie et vieillissement). Comme toujours, il faudra écouter son organisme et lever le pied en cas de symptômes (si nécessaire). Il est important de boire de l'eau de mer malgré tout pour la raison évoquée ci-dessus, mais si vous booster trop l'organisme avec une eau de mer hypertonique lorsque vous êtes en hyperthyroïdie, vous vous exposez à des suractivités organiques délétères.

Donc, en cas d'hyperthyroïdie, il faut y aller mollo, comme on dit, en buvant de l'eau de mer hypotonique. Bien entendu, comme toujours, on conseille d'adopter un mode de vie hygiéphile parallèlement à la prise de plasma marin, afin de favoriser les processus hémostasiques de l’organisme (le retour à l'équilibre).

Enfin, ne vous passez pas de vos médicaments du jour au lendemain. Parlez-en avec votre médecin. Soyez prudent(e). Faites les choses progressivement. Et faites des prises de sang régulièrement pour voir où vous en êtes.

27. Peut-on boire du plasma marin en cas d'hypertension artérielle ?

Il ne faut pas boire du plasma marin hypertonique lorsqu'on a de l'hypertension artérielle. Il faut boire du plasma marin isotonique, voir hypotonique (donc dilué ou très dilué - voir la question n°8).

L'hypertension est parfois due à un épaississement des liquides physiologiques (toxémie). Un des rôles principaux de l'eau de mer est le nettoyage cellulaire. Ce nettoyage peut donc avoir son importance dans ce cas, mais, il nécessite une observation continue de l'organisme lors de la consommation. Si vos reins saturent, il peut y avoir quelques signes de détoxination (éruptions cutanées, nausées, diarrhées, œdèmes, etc.). Il faudra bien régler les doses en fonction de la capacité adaptative et éliminative de l'organisme (rester à l'écoute).

Lisez également la réponse à la question n°11, afin de comprendre comment consommer dans ce cas.

28. Peut-on boire du plasma marin durant un jeûne (intermittent, thérapeutique, hygiéniste, etc.) ?

Les hygiénistes ne conseillent pas la consommation de plasma marin durant un jeûne de longue durée (plusieurs jours), car, les processus du jeûne peuvent être perturbés. Seul de l'eau très peu minéralisée devrait être consommée durant un jeûne hydrique.

En revanche, le plasma marin sera parfait pour la sortie du jeûne (reprise alimentaire douce).

En ce qui concerne le jeûne intermittent (16-8 ou 20-24), ce n'est pas pareil. Le jeûne intermittent est avant tout un repos du système digestif. On saute un ou deux repas pour soulager l'organisme. L'objectif est différent. Consommer du plasma marin durant un jeûne intermittent peut donc être envisagé.

29. Est-il possible de faire du plasma marin soi-même en prenant de l'eau de mer en bord de plage ?

Si vous filtrez de l’eau de mer captée vous-même en bord de plage, vous n'aurez pas du tout le même taux de salinité qu'en pleine mer et en profondeur, ni la même biodisponibilité des minéraux. Les bonnes marques captent leurs eaux dans des endroits stratégiques et bien étudiés (variables). Si vous lisez cette page concernant le critère de sélection des plasmas marins, vous comprendrez que faire un plasma marin de qualité thérapeutique n’est pas évident.

Le système de filtration utilisé pour le plasma marin est bien spécifique. Si vous utilisez un filtre à eau classique, soit vous n'aurez plus du tout de minéraux biodisponibles, soit vous en aurez beaucoup, mais avec beaucoup de polluants également. La filtration à 0,22 micron correspond aux normes de la pharmacopée européenne pour la filtration stérilisante à froid. Les chélates des minéraux passent le filtre, mais, les virus, les bactéries, déchets plastiques, et autres polluants, non (il n’y a aucun élément pathogène dans un plasma marin de qualité).

Vous pensez bien que si nous pouvions faire notre plasma marin facilement soi-même en bord de mer, plus aucune marque de plasma marin ne serait légitime.

30. Pourquoi trouve-t-on régulièrement du plasma marin isotonique au même prix que l'hypertonique ?

Le plasma marin isotonique vendu sur différents sites Web sont généralement destinés aux hydrothérapies (perfusions, injections sous-cutanées, hydrotomie percutanée, lavements, etc.). Ce plasma marin est conditionné en chambre blanche stérile par les marques (aux normes de la pharmacopée européenne) et dilué avec une eau de source irréprochable. Ce conditionnement est plus coûteux que celui réservé à du plasma marin hypertonique (pure), qui, lui, est destinée à être bu après avoir effectué les dilutions vous-même à la maison, avec une eau de source que vous choisirez dans votre magasin préféré ou que vous aurez filtrée.

Les entreprises qui vendent du plasma marin isotonique dans le but d'être bu, de notre point de vue, cherchent avant tout le profit. Ils créent l'occasion de vendre une eau de source (de dilution) au prix du plasma marin hypertonique.

31. Le plasma marin va-t-il vous guérir ?

Non. Mais, il apportera à votre organisme une partie des éléments indispensables pour y parvenir.

Comprenez bien qu’aucun médicament, aucune plante, aucune eau (même l’eau de Quinton), ni aucune alimentation ne guérira qui que ce soit. Et encore moins un thérapeute, un médecin ou un spécialiste allopathe ou naturopathe. Ce serait illusoire de penser cela, car, c’est l’organisme qui se guérit… Tout seul ! Pour autant que vous lui en donniez les moyens, bien entendu, en respectant les lois du vivant. Tout va dépendre de votre mode de vie, de votre implication, de vos choix alimentaires au sens très large du terme (nourriture, eau, air, énergie, lumière, etc.).

Gardez à l’esprit que l’organisme est capable de régénération parfois incroyable (de guérir de presque tout). Il nous suffit de l'accompagner correctement en nettoyant l'organisme (récupération de son seuil toxémiant) et en régénérant les système nerveux (entre autres, par le repos, au sens large du terme).

32. Il y a-t-il encore des micro-organismes dans le plasma marin (du plancton, etc.) ?

Certaines personnes (même des professionnels de santé, ou autres responsables de marques de plasma marin) prétendent que l’eau de Quinton contient encore du plancton (des micro-organismes). Ils considèrent même que cette présence serait un garant de qualité. Ceci permet, évidemment, de justifier que des algues se développent parfois dans certaines bouteilles. Selon nous, ces algues ou micro-organismes doivent alerter le producteur d’un défaut de filtration.

Que les choses soient claires : un plasma marin de qualité thérapeutique est, et doit être, totalement stérile. A 0,22 micron, plus rien ne passe. Pas même un virus.

Après filtration, le caractère vivant de l'eau de mer est maintenu (ça c'est exact) grâce au maintien des chélates (minéraux biodisponibles pour les cellules) qui passe la barrière de 0,22 micron, mais, la vie telle que nous la concevons habituellement n'est pas présente. Un plasma marin de qualité est stérile, et totalement dépourvu de microparticules.

33. Quid du plasma marin en injection ? Et quelle différence il y a-t-il avec l'hydrotomie percutanée ?

Les injections de plasma marin isotonique sont interdites pour les praticiens, en France, depuis 1982. Les praticiens formés à ce qu'on appelle l'hydrotomie percutanée (voici le site officiel), eux, utilisent aujourd'hui des procédés allopathiques de la médecine conventionnelle, principalement pour les problèmes ostéo-articulaires. Les praticiens en hydrotomie percutanée utilisent des produits qui sont légalement injectables sur prescription médicale (des vitamines, des minéraux, du silicium organique, du sérum physiologique, un peu de xylocaïne, le tout extrêmement dilué et sans aucun danger, ni effet secondaire).

Le plasma marin isotonique de Quinton, lui, est hors système et non prescriptible, car, c'est un complément alimentaire. Le plasma marin isotonique n'est presque plus utilisé en injection. Et, si il l'est, c'est sous l'entière responsabilité du patient (certains se l'injectent eux-mêmes).

Quelle que soit la formule utilisée, la consommation de plasma marin par voie orale est, selon nous, indispensable parallèlement aux injections. L'injection aura une action ciblée, localisée (intervention symptomatique), tandis que la consommation orale aura un impact global (modification du terrain).

Pour obtenir de bons résultats concernant les soucis ostéo-articulaires, il faut aussi adapter son mode de vie parallèlement aux injections et à la consommation de plasma marin (mode de vie hygiéphile). Ce mode de vie accompagnera au mieux votre organisme dans ses processus homéostasiques (retour à l'équilibre). La modification du terrain physiologique global est indispensable afin d'obtenir des résultats significatifs et de maintenir une hydratation des tissus sur le long terme.

Concernant la problématique des injections de plasma marin de Quinton, nous pouvons lire ceci sur le site de José-Marie et Nicolas Stelling (deux scientifiques de renom) :

« La fabrication actuelle du « Quinton®-Isotonic » respecte les indications de René Quinton. Il s’agit d’eau de mer puisée actuellement au large de Saint-Malo, préfiltrée, puis ramenée à l’isotonicité du plasma sanguin par coupage avec de l’eau de source. Filtration stérilisante à froid sur filtres micro-pores à 0.22 µ.

Cette préparation serait donc pharmacologiquement injectable, si ce n’est que le produit a perdu son AMM de vente (autorisation de mise sur marché) comme injectable en 1982, suite à une modification de la législation. Il n’est donc vendu actuellement que comme « buvable ». Il en ressort qu’il n’est plus autorisé de l’injecter.

Le distributeur suisse indique d’ailleurs clairement sur son site, qu’il est interdit d’injecter, suite à une problématique d’effets secondaires chez un patient à qui un « individu » a injecté « de l’eau de mer », dont on ignore la marque, dont on ignore le site d’injection, dont on ignore le pourquoi de l’injection, c’est-à-dire sans aucun respect élémentaire des données classique de la neuralthérapie (science médicale qui utilise des injections d’anesthésiques sans adrénaline (vasoconstricteur), et qui elle, est légale, ces produits ayant l’AMM pour cet usage).

Veuillez bien noter également que jusqu’en 1982, les injections étaient autorisées, donc tous les patients traités avant cette date, l’ont été en toute légalité et pour leur plus grand bien.

Il est donc permis de souhaiter que cette AMM « injectable » soit nouvellement accordée dans un avenir plus éclairé, car cette utilisation ouvre des perspectives médicales de haute tenue, non seulement en neuralthérapie, mais aussi face aux problématiques liées aux transfusions sanguines.

René Quinton nous a montré la voie royale ; et cette reconnaissance d’un produit déjà pharmacologiquement injectable, comme légalement injectable, semble inéluctable à terme. »

Source : https://stellinginfo.com/wp-content/uploads/2019/06/Injections_01.pdf

34. Quelle différence il y a-t-il entre une eau hydrogénée et le plasma marin, et peut-on mélanger les deux ?

- Une eau hydrogénée est, comme son nom l’indique, une eau de source enrichie en hydrogène. Une eau hydrogénée contient donc davantage d’ions H+ (Hydron). Elle est mieux absorbée par l’organisme. Le but principal de la consommation d’eau hydrogénée est la lutte contre les radicaux libres, qui sont des molécules ayant perdu un électron. Pour se stabiliser à nouveau, la molécule va alors "voler" un électron à la molécule la plus proche (et ainsi de suite). Cela crée une réaction en chaîne qui va se propager dans tout le corps (jusqu’à modifier la structure de l'ADN). Cette réaction s’appelle "stress oxydatif". Il est dû à un déséquilibre entre les radicaux libres oxydants et les antioxydants. L’eau hydrogénée est une eau antioxydante. Elle va permettre de lutter contre le stress oxydatif. L’hydrogène présent en excès dans cette eau va se fixer sur un radical libre et ainsi stopper sa propagation, d’où le nom d’antioxydant.

- Le plasma marin, quant à lui, est une eau de mer filtrée et stérilisée à froid suivant un protocole qui permet d'obtenir une eau pure qui ne contient plus que les minéraux et oligoéléments biodisponibles (facilement assimilables par nos cellules). Le plasma marin contient le totum ionominéral du sang, c'est-à-dire, l'ensemble de tous les éléments dont l'organisme a besoin pour fonctionner, et ce, dans les mêmes proportions que dans notre sang. Il s'agit donc d'une solution idéale de minéralisation (équilibre parfait).

Pour répondre à la question : Pouvons-nous consommer du plasma marin hypertonique dilué avec une eau de source hydrogénée ? La réponse est : oui. Il n'y a pas d'altération si vous diluez du plasma marin hypertonique avec de l'eau hydrogénée, mais cette dilution doit être consommée immédiatement. Il ne faut pas chercher à la conserver, car, l'hydrogène s'évapore très vite. De plus, cette dilution particulière n'est intéressante à consommer que si la personne est en état de stress oxydatif majeur. Si elle ne l'est pas, il vaut mieux éviter ce mélange, et conserver une dilution traditionnelle (à isotonie) avec de l'eau de source faiblement minéralisée.

35. Que pensez des marques de plasma marin à très petits prix ?

Il est impossible de proposer un plasma marin de qualité thérapeutique à très petit prix (moins de 10€ le litre) tout en respectant un protocole aux normes de la pharmacopée européenne, basé sur le protocole de Quinton (facilement détourné) et en obtenant l'appellation "Complément alimentaire". Les charges obligatoires pour y parvenir ne le permettent tout simplement pas.

Les Laboratoires Quinton, mondialement connu pour proposer un des meilleurs plasmas marins dans les magasins bio et les pharmacies, proposent leur breuvage à 75€ le litre minimum. D’autres marques sérieuses vendent leurs plasmas marins aux alentours de 20€ le litre, parce qu’ils le proposent au litre, non en ampoules (qui est un conditionnement très coûteux). Pour certaines personnes, capter de l’eau de mer en bord de plage et la filtrer à la maison avec un filtre à café suffit. Nous recevons de nombreux mails en ce sens de personnes qui nous traitent de "voleurs". Ils ne comprennent pas pourquoi il faut respecter un protocole coûteux.

Malheureusement, certaines marques peu scrupuleuses (de la région d’Ibiza, entre autres) cassent le marcher en proposant des solutions qui s’apparentent au principe des copies chinoises de grandes marques. Un faux sac Louis Vuitton est parfois très difficile à repérer, tant il est bien fait. Pour le plasma marin, c’est pareil. Vous ne voyez qu’une bouteille avec de l’eau salée. Difficile de détecter le vrai du faux.

Je laisse ces quelques lignes à votre sagacité.

36. Le plasma marin peut-il aider en cas de discopathies ?

En tant qu’hygiéniste, j’ai pour habitude de chercher et de comprendre la (ou les) cause(s) des soucis de santé. S’occuper des symptômes, comme le fait l’allopathie, c’est rater la cible. La plupart du temps la discopathie (hernie discale, etc.) est provoquée par le tassement (ou écrasement) d'un disque intervertébral, lui-même souvent provoqué par une déshydratation des tissus du disque. C’est la déshydratation qui est le plus souvent en cause (excepté les accidents, déplacements de vertèbres, etc., bien entendu). Le disque perd son élasticité et parfois le noyau se déplace (création d'une hernie).

Il faut ensuite comprendre que l’eau ne se fixe dans nos tissus organiques que grâce à des minéraux organiques (chélatés, biodisponibles, facilement assimilables par nos cellules). Or, le plasma marin possède tous les minéraux et oligoéléments biodisponibles dont l’organisme a besoin (et en plus, dans les mêmes proportions que dans notre sang). Le plasma de Quinton est donc LA solution idéale de minéralisation. En s’hydratant, vos disques intervertébraux vont se regonfler (un peu comme une éponge) et retrouver leur élasticité et leur volume. En hydratant les disques, souvent, la discopathie disparaît.

Mais attention : cela ne peux fonctionner que si vous adoptez un mode de vie alcalinisant parallèlement à la consommation de votre plasma marin. Si votre mode de vie est très acidifiant, ce qui est souvent le cas (alimentation toxique inadaptée à l'espèce humaine, stress important, etc.) les résultats ne seront peut-être pas au rendez-vous. Il est important de comprendre que c'est l'alcalinisation qui va permettre l'hydratation. Le plasma marin seul ne fera pas tout le travail de régénération. Vous devez, parallèlement, adopter un mode de vie favorisant les processus homéostasiques de votre organisme (retour à l’équilibre acido-basique en particulier). La modification du terrain physiologique global (détoxination) et l'hydratation des tissus (alcalinisation) sont donc indispensables pour obtenir des résultats pérennes.

Les injections sous-cutanées (en hydrotomie percutanée) faites parallèlement à la consommation orale de plasma marin apportent une minéralisation et une régénération locale (un plus indéniable). Voici le site officiel d'hydrotomie percutanée. Les injections de plasma marin isotonique sont, normalement, interdites pour les praticiens en France depuis 1982, bien que beaucoup l'utilisent encore (discrètement). Les praticiens formés à l'hydrotomie percutanée utilisent aujourd'hui des procédés allopathiques de la médecine conventionnelle. Ils utilisent des produits qui sont légalement injectables sur prescription médicale (dont le sérum physiologique ; explication de la différence ici dans notre FAQ à la question n°14). Le plasma marin de Quinton, lui, est hors système et non prescriptible, car c'est un complément alimentaire.

Si vous en avez l'occasion, l'idéal est de faire les deux, bien entendu : boire le plasma marin en adaptant votre mode de vie, et effectuer des injections pour aider localement votre organisme.